Document: 152
texte

Page: 0

Crédits photographiques Camille Bonnefoi, Patrick Muller

J’utilise la technique de la fresque, soit un mortier humide de chaux et de sable coloré par du pigment passé en couches successives et déposé sur un mur. Progressivement, les préoccupations propres au tableau , à savoir sa qualité d’objet indépendant, séparé de l’espace et autonome quant à sa position, m’ont amené à détacher la fresque du mur pour la manifester comme bloc, ou relief, ou volume sans pour autant perdre la mémoire de son origine murale.Cette opération n’est pas sans rappeler la technique de restauration des fresques où chaque strate, de la synopia à la surface peinte, est détachée puis reportée sur un support.

Ainsi, le volume que je présente provient d’un feuilletage des strates de l’épaisseur, comme un fond qui paradoxalement atteindrait les limites de la surface pour les transgresser et venir en avant.

Gérard Noiret, D'atelier en atelier

un site autoportrait